Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

Alors que la Birmanie continue d’investir pour devenir l'un des plus grands exportateurs de vêtements , un nouveau rapport met en lumière le nombre croissant de problèmes qui émergent dans le secteur de la mode - comme des enfants de 14 ans qui travaillent pour 15 centimes de l’heure, afin de produire des vêtements pour les grandes chaînes.

Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

Les chaînes de Fast fashion tels que H&M ou New Look ont tous travaillé avec des usines employant des enfants de 14 ans en Birmanie, selon le nouveau rapport The Myanmar Dilemma, de l'organisation hollandaise Centre de recherche sur les sociétés multinationales (également connu sous le nom Somo). Certains ont interviewé plus de 400 travailleurs de 12 usines, qui fournissaient des vêtements pour les marques de mode internationales et trouvaient que les travailleurs recevaient la moitié du salaire minimum légal, en plus d'un nombre important d'enfants de 14 ans travaillants trop d’heures.

Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

Les usines de confection en Birmanie qui fournissent H&M et New Look employent des ouvriers de 14 ans

Au cours des dernières années, la Birmanie est devenue une destination populaire pour l'industrie de la mode, en particulier pour les marques occidentales, car elle offre des bas salaires et des tarifs d'importation et d'exportation favorables. La Birmanie est actuellement considérée comme un centre de production moins coûteux pour des pays voisins comme la Thaïlande, le Cambodge, la Chine et l'Indonésie, ce qui a conduit un certain nombre de fournisseurs asiatiques de vêtements, à déplacer leurs centres de production dans le pays. Actuellement, près de la moitié des usines de confection de la Birmanie sont détenues par des étrangers ou par des co-entreprises entre la Birmanie et des sociétés étrangères. Il existe actuellement en Birmanie, plus de 400 usines de confection, qui emploient environ 350 000 travailleurs, dont 90 pour cent de femmes.

Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

Le salaire minimum légal en Birmanie est de 3 600 kyats par jour de travail de huit heures (2,5 euros), ce qui équivaut à 31 centimes par heure. Toutefois, les chercheurs ont également constaté que les travailleurs du vêtement ont été payés 15 centimes pour une heure, dans les usines en Birmanie, fournissant des vêtements à Sports Direct, H&M, New Look et Muji, gagnant un total de 1,25 euros par jour. Selon le rapport, ces usines ont payé les travailleurs plus récents un taux réduit, ce qui est permis par les lois du travail en Birmanie, mais les travailleurs luttent pour vivre une vie normale, avec des salaires si bas et en travaillant jusqu'à 11 heures par jour, 6 jours par semaine. En outre, les travailleurs des usines de New Look, de Sports Direct, de Karrimor, d'Henri Lloyd et de New Look ont également travaillé plus de 60 heures par semaine, ce qui enfreint les lois de la Birmanie, selon lesquelles les travailleurs ne devraient pas travailler plus de 60 heures par semaine, heures supplémentaires.

Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

Le rapport a également révélé que des ouvriés de moins de 18 ans travaillaient dans les 12 usines étudiées. Dans la moitié des usines, les chercheurs ont trouvé de fortes indications que les travailleurs actuels avaient moins de 15 ans lorsqu'ils ont commencé à travailler. Bien qu'il soit légal pour les enfants de 14 ans de travailler jusqu'à 4 heures par jour en Birmanie, de nombreux ouvriés mentent sur leur âge pour travailler et gagner plus. Cependant, on s'attend toujours à ce qu'ils fassent le même travail que les adultes, ce qui est en violation de la législation de la Birmanie et des normes internationales du travail, a ajouté le rapport. Près de la moitié des travailleurs interrogés n'avaient pas non plus de contrat signé dans leur usine d'emploi, ce qui signifiait qu'ils n’avaient droit aux primes et aux avantages sociaux.

Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

Cette course, menée par les détaillants de mode sans cesse à la recherche de la plaque tournante de production la plus basse, provoque une concurrence malsaine entre les pays producteurs de vêtements dans la région, selon le rapport. « La primauté du droit en Birmanie n'est pas suffisamment respectée. L'armée a encore beaucoup d'influence. Les organisations de la société civile et les syndicats n'ont été autorisés à fonctionner depuis 2012 », a déclaré Martje Theuws, chercheur à Somo. « Les activités de l'industrie du vêtement ne sont pas contrôlées. La question est justifiée de savoir si le moment est venu pour les entreprises étrangères d'investir en Birmanie. Les marques de vêtements devraient réfléchir à deux fois avant de commencer la production en Birmanie. Le risque de violations des droits du travail est très élevé. Les entreprises devraient faire une analyse approfondie de tous les problèmes potentiels. Ils doivent s'assurer, conjointement avec leurs fournisseurs, d'identifier et de faire face à ces risques avant de passer une commande. Nos recherches montrent que les entreprises ne le font pas adéquatement. »

Le travail des enfants et les bas salaires : le coût réel de la production en Birmanie

En réponse à ce rapport, H&M a publié une déclaration sur le site Web du groupe, notant que le rapport a soulevé des « défis à l'échelle de l'industrie », qu'ils ont abordé depuis de nombreuses années. « Il est de la plus haute importance pour nous que tous nos produits soient fabriqués dans de bonnes conditions de travail et en tenant compte de l'environnement, la santé et la sécurité. Nous voulons que les gens soient traités avec respect et que nos fournisseurs offrent à tous leurs travailleurs des conditions de travail bonnes, justes et sécuritaires », a ajouté la société de mode suédoise. « Une approche collaborative est essentielle pour parvenir à des améliorations durables et c'est pourquoi nous travaillons à proximité d'autres marques, organisations, syndicats et représentants des travailleurs ».

Ce n'est pas la première fois que H&M est accusé de travailler avec des usines qui emploient des travailleurs dès l'âge de 14 ans en Birmanie. En août dernier, la publication du livre « Modeslavar » par Moa Kärnstrand et Tobias Andersson Akerblom, soulignent que les usines de la région embauchent régulièrement des jeunes travailleurs. FashionUnited a communiqué avec New Look pour avoir leur réaction au rapport Somo et un porte-parole a déclaré : « Nous reconnaissons les questions soulignées dans ce rapport. Nous travaillons avec nos fournisseurs et nos partenaires locaux en Birmanie pour aborder les résultats et soutenir le développement d'une industrie du vêtement éthique dans la région ».

Photo : SOMO

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS