Primark annonce un ralentissement de sa croissance à périmètre comparable

Primark vient de publier le bilan de son exercice 2018-2019, clos le 14 septembre dernier. Ils étaient attendus, le groupe propriétaire de l’enseigne irlandaise, Associated British Food, ayant déjà annoncé en septembre des chiffres révélant d’importantes diversités selon les marchés.

In fine, le chiffre d’affaires a reculé de 2 pour cent, à périmètre comparable, à 7, 792 milliards de livres (9 milliards d’euros). C’est uniquement grâce à l’extension du parc de boutiques durant l’exercice que le géant de la fast fashion peut afficher une croissance de 4 pour cent. Le résultat d’exploitation s’affiche à 913 millions de livres (1 milliard d’euros) en hausse de 8 pour cent, notamment grâce à des fermetures de boutiques non rentables.

Au premier semestre, la marge opérationnelle de 11, 7 pour cent était supérieure à celle de l’année dernière à la même époque (9, 8 pour cent). Elle a été portée par un dollar plus faible, des achats davantage rationnalisés et une gestion des stocks serrée. Mais les marges du deuxième semestre ont pâti de la reprise du dollar. Le renforcement du dollar va donc faire augmenter les prix dès l’année prochaine, indique le groupe.

Augmentation des prix en vue l’année prochaine

Primark a bien performé au Royaume-Uni avec une croissance des ventes de 2,5 pour cent, là encore grâce aux nouvelles boutiques. Car en comparables, les ventes ont diminué de 1 pour cent. « Nous avons été encouragés par la réaction de nos clients à notre nouveau magasin de Birmingham High Street qui présente nos nouveaux services de restauration et de beauté en plus de notre gamme complète de produits » a affirmé le groupe.

Le chiffre d’affaires de la zone euro est en croissance de 4,8 pour cent mais en recul de 2, 9 pour cent à surface comparable. Les meilleures performances ont été réalisées en Espagne, en France, en Italie et en Belgique. En revanche, le marché allemand reste peu dynamique. Un nouveau directeur général a été nommé, qui doit prendre en main ce marché, avec, notamment, des actions marketing et des campagnes ciblées. Hors Allemagne la croissance des ventes dans la zone euro n’a reculé « que » de 1,1 pour cent, mais le groupe relève un « redressement » de cette tendance baissière.

Hors Allemagne, l’activité reste stable dans la zone euro

Aux États-Unis, l’activité, encore en plein développement, a été bonne. La croissance des ventes a notamment été boostée par le magasin de Brooklyn. L’activité est encore déficitaire dans la zone mais la fermeture de trois boutiques à réduit les coûts d’exploitation et permis de réduire les pertes. La dixième boutique ouvrira incessamment sous peu dans le New Jersey, à American Dream, tandis qu’une inauguration est prévue à Sawgrass Mills en Floride, à l’été 2020. Dans les cartons également, un nouveau magasin à Fashion District (Philadelphie) et une signature de contrat de bail à Chicago, sur State Street.

Durant l’exercice, l’enseigne a ouvert au total 14 nouveaux magasins. Quatre au Royaume-Uni, trois en Allemagne, deux en Espagne, deux en France, un en Belgique et aux Pays-Bas, et enfin, le point de vente de Ljubljana, une première implantation en Slovénie. Au total, Primark aligne à ce jour 373 magasins. Et prévoit d’en ouvrir 19 supplémentaires l’année prochaine. La France est particulièrement ciblée, avec Paris Plaisir, Lens, Calais, et Cité Europe. Enfin, le premier magasin polonais de l’enseigne ouvrira au printemps prochain à Varsovie, qui sera le treizième marché ouvert par Primark.

photo : Primark

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS