Maroc in Mode : la fast fashion à l’ère de la durabilité

Après des années d’observation, il semble que le secteur de la fast fashion commence enfin à s’intéresser à la question de la durabilité. Il s’agit d'un sujet qui n’est plus uniquement réservés aux professionnels mais aussi aux consommateurs. À l’occasion du salon «Maroc in Mode - Maroc Sourcing» qui a eu lieu en octobre dernier, FashionUnited a analysé cette question.

En parcourant le salon, il est possible d’apercevoir un manteau Glen Check de Pull&Bear suspendu à côté d'une robe de soirée noire avec des paillettes dorées et argentées de Zara - les deux appartiennent au groupe de mode Inditex; Un gros pull en maille du concurrent suédois H&M est suspendu sur le même portant. Présentant fièrement ces échantillons sur leur stand, les entreprises textiles, principalement marocaines, qui s’alignent sur le salon s’attachent à prouver à quel point elles peuvent produire rapidement leurs produits pour les entreprises de mode les plus prisées au monde.

Grâce à sa proximité avec l'Europe, les vêtements fabriqués au Maroc peuvent être disponibles dans les magasins européens en l'espace de 72 heures, surtout que le passé colonial justifie les liens commerciaux étroits du pays avec la France et l'Espagne. Les fabricants de la marque Inditex font partie de leurs principaux clients et ce sont souvent les mêmes producteurs qui ont fait mis en avant les investissements dans la production durable, dans l'espoir d'attirer plus d'acheteurs d'autres pays.

Le fast fashion devient plus responsable

“La production durable ne représente que cinq pour cent du secteur textile actuel, mais elle ne restera peut-être pas ainsi”, a déclaré Mohamed Tazi, directeur général de l'organisation textile marocaine, l’Association marocaine des industries du textile et de l'habitat (Amith) à l’occasion du salon qui s’est déroulée du 11 au 12 octobre à Marrakech, au Maroc. “La fast fashion assiste à un véritable changement et devient de plus en plus responsable.”

Des grandes entreprises de mode suédoises comme Hennes & Mauritz aux hollandais de C&A, tous redoublent d’efforts pour produire de manière plus durable, les consommateurs devenant de plus en plus conscients de l’impact de l’industrie du vêtement sur l’environnement. Une étude réalisée par le cabinet de conseil McKinsey et Sourcing Journal en septembre a montré que 78 pour cent des 188 dirigeants de l’industrie interrogés estimaient que la durabilité deviendrait “très probablement” un facteur d’achat essentiel pour les consommateurs de vêtements du marché de masse en 2025.

L’industrie du vêtement au Maroc, premier employeur du pays:

  • 1 600 entreprises
  • 200 000 emplois
  • Exportations de 2,65 milliards d'euros en 2017
  • Objectifs: créer 100 000 emplois et porter le volume des exportations à 4 milliards d’euros

Bien que le mouvement vers un avenir mode plus écologique n’est qu’à ses premiers pas, les initiatives visant à accroître la durabilité dans la chaîne de production commencent à s’imposer.

“Pour nous, c’est une question très importante”, a déclaré Xevi Mans, directeur de l’exploitation de Apparel Mills, basée au Maroc. Sa société appartient au producteur textile espagnol Hallotex, qui fournit également Inditex. Apparel Mills a mis en place cette année un département dédié au Maroc pour renforcer la durabilité dans ses divisions de tricot, de teinture, d'impression et de couture avec dix employés supplémentaires. La société investit dans le traitement de l’eau dans ses usines de teinture et d’impression de vêtements, Tintcolor et Salsaprint, ainsi que dans la mise en place d’une filature à Tanger qui sera en mesure de recycler les déchets de la production textile. Et Apparel Mills envisage d’améliorer d’autres domaines, selon Elharit Gordioui, responsable des pratiques durables chez Hallotex. "Nous voulons toujours investir davantage, nous devons simplement savoir dans quelles parties nous devons investir, quelle est la priorité", a-t-il déclaré.

Maroc in Mode : la fast fashion à l’ère de la durabilité

Stand de Platform & Design

"Pour le moment dans le monde et en particulier au Maroc, l'avenir nous montre que nous allons nous concentrer davantage sur la durabilité", a déclaré Ismail Lemtouni, chef de projet chez le fabricant de vêtements Platform & Design basé à Tanger, qui conçoit et fabrique des vêtements pour des entreprises comme Abercrombie & Fitch ou Inditex. “On réalise à quel point chacun devient de plus en plus écologique et même les marques en sont vraiment conscientes. Il y a définitivement une avancée dans ce domaine. "

Maroc in Mode : la fast fashion à l’ère de la durabilité

Salle de couture à Souvetmaille

La vitesse reste la clé

“Le principal avantage du Maroc est sa proximité avec l'Europe. Une livraison terminée vendredi et livrée par camion se fera lundi dans un magasin parisien”, a déclaré Salima El Ouafi, directrice du fabricant de textile Souvetmaille basé à Marrakech, qui produit pour les marques françaises Lacoste, Petit Bateau et Eminence. Son usine de 450 employés découpe et confectionne environ 68 000 vêtements chaque semaine.

Le ronronnement constant de plus d’une centaine de machines à coudre et la vitesse époustouflante avec laquelle les couturières tirent les coutures, les manches et les cols avec la machine à coudre rappellent la vitesse de la fast fashion.

Mais ces énormes quantités de vêtements fabriqués rapidement montrent également que les efforts pour un processus de production plus écologique ne pourront pas résoudre la contradiction fondamentale entre la durabilité et la mode rapide. Il reste encore beaucoup à faire pour que l’industrie de la mode soit plus respectueuse de l’environnement.

Néanmoins, le gouvernement marocain a reconnu les signes du temps et a créé le label «fibre citoyenne» il y a quelques années, garantissant des normes pour les conditions de travail et l'environnement. Le gouvernement subventionne également les investissements dans des projets durables pour accroître la compétitivité du secteur textile du pays.

Maroc in Mode : la fast fashion à l’ère de la durabilité

Kiosque du groupe Gillmann

Le fabricant de boutons et de dentelles Gillmann Group a bénéficié de l’aide du gouvernement pour un investissement de 1,2 million de dollars pour économiser de l’eau et de l’électricité dans son processus de production. Le groupe cherche également à passer de l’énergie solaire à 100 pour cent grâce à un projet pilote.

“C’est comme une nouvelle mode, où il n’est pas question de porter des vêtements sympas, mais de favoriser les achats intelligents», a déclaré Ali Filali el Garchi, directeur des ventes du groupe Gillmann, au salon. "Être vert est la nouvelle mode."

Maroc en mode - Maroc Sourcing:

  • 128 exposants de 9 pays
  • 1 179 visiteurs du Maroc et 674 du monde entier: 32 pourcent de France, 8,5 pourcent d’Italie, 8 pourcent du Royaume-Uni, 7 pourcent du Portugal, 7 pourcent de l’Espagne et 6,5 pourcent de l’Allemagne.

FashionUnited a été invité par les organisateurs, à visiter le salon Maroc In Mode. Article traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photos: Maroc in Mode
 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS