Pascal Morand : « la technologie fait désormais partie intégrante de la mode »

L’arrivée de la technologie dans l’univers du tissu n’en finit plus de bousculer les codes et les pratiques de la filière mode. Chacun essaye, à sa manière, de s’approprier les nombreuses innovations mises à la disposition du marché. Première Vision Paris semble avoir pris la mesure des enjeux stratégiques de ce qu’on appelle désormais la « Fashion tech ». Au point de lui attribuer un espace entier au cœur du salon. Cet espace, lancé en février 2017, se nomme le Wearable Lab. En 2018, cet espace va prendre une ampleur inédite pour devenir un « village » de 900 m2. Pour appuyer la pertinence de cette décision, le service de presse de Première Vision Paris a retranscrit les points de vue croisés de Gilles Lasbordes, directeur général de Premiere Vision, et de Pascal Morand, président exécutif de la Fédération de la Haute-Couture et de la Mode.

Pensez-vous que mode et technologie sont désormais indissociables?

Gilles Lasbordes. Oui, et cette évolution intervient selon moi dans tous les domaines. Elle est présente dans le développement produit avec l’introduction d’éléments technologiques qui enrichissent l’expérience. On la retrouve dans un aspect plus industriel de la production, avec l’impression 3D ou la conception assistée par ordinateur. Par ailleurs, le digital bouleverse l’univers du retail et joue aussi son rôle dans l’impulsion créative.

Pascal Morand. Les progrès fulgurants réalisés dans le champ de la mode sont avant tout liés à cette quatrième révolution industrielle, qui embrasse toutes les déclinaisons du numérique. Ces transformations sont d’une ampleur inédite et nous n’en sommes qu’au début. Plus encore,
 la technologie fait désormais partie intégrante de la mode, il n’y a plus de dissociation entre les deux.

Pascal Morand : « la technologie fait désormais partie intégrante de la mode »

Vers quels domaines la recherche s’oriente-t-elle ?

GL. Les avancées se font tous azimuts mais le consommateur est de plus en plus soucieux de sens et de valeur ajoutée. La tendance est aux technologies qui visent la simplification du quotidien ou encore l’amélioration de notre bien-être. Par ailleurs, les recherches se focalisent autour de technologies avancées qui pourraient, par exemple, permettre au vêtement de fournir nativement de l’électricité. Tout semble possible !

PM. On observe des recherches très intéressantes, comme ces essais de rigidification de la matière pour permettre de la couper avant de la rendre à nouveau flexible. La tentative de la robotique de reproduire 
les mouvements du doigt humain 
est également passionnante. Plus globalement, la recherche multiplie les croisements de métiers différents
: designer, chercheur en maths, chercheur en tissage. C’est le mélange de tout cela qui me semble porteur d’avenir, car l’innovation repose toujours sur la transversalité et la diversité.

La technologie au coeur du prochain salon Premiere Vision

L’ambition du Wearable Lab - situé à proximité du secteur Tech de Première Vision Fabrics dans le Hall 6 - sera de présenter une sélection de matières, produits et services qui sont actuellement source d’expérimentation pour l’industrie de la mode. Cette offre à 360° s’articulera autour de quatre pôles. Le premier pôle dévoilera un espace d’expérimentation pour découvrir des prototypes de travail, les tester et échanger sur les enjeux et les problématiques à venir
à travers les travaux de R&D d’organismes pionniers dans ce domaine, que ce soit le CETI (qui est le Centre Européen des Textiles Innovants), l’I.F.T.H, ou les entreprises Lectra, Techtera, Up-Tex.

Le deuxième pôle sera composé d’entreprises et de start-ups à l’origine de la Fashion Tech, en pointe sur le marché, sélectionnés pour présenter une offre complémentaire : matières, accessoires, vêtements intelligents et/ou connectés, technologies innovantes. Le troisième pôle proposera une immersion dans le processus créatif de Clara Daguin, finaliste du Festival de Mode et de Photographie à Hyères en 2016. La créatrice s’est distinguée par son travail qui conjugue artisanat et technologie. Le quatrième pôle sera constitué par un programme de conférences, entre pitch de startups et table ronde d’experts : ces débats, espèrent les organisateurs, permettront le décryptage de cet écosystème en pleine effervescence.

Crédit photo : Première Vision Paris

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS