Comment Denim Première Vision a gagné son pari ?

Denim Première Vision a remporté la mise avec la nouvelle stratégie mise en place en mai 2018: cette stratégie s’articulait principalement dans la mise en place d’un format itinérant, inédit en terme de contenus et d’expériences proposés. Ce format permettait en effet de conjuguer perspectives élargies de business et découvertes de nouvelles sources d’inspirations en s’installant au sein d’une capitale de mode différente à chaque édition. Le pari était audacieux, il s’agissait pour les organisateurs de démontrer leur capacité à rassembler les acteurs de la mode et du denim mondiaux.

Comment Denim Première Vision a gagné son pari ?

Cette formule s’est révélée payante : 2 524 visiteurs (pour la plupart des marques de mode du moyen au très haut de gamme, des créateurs, des acteurs du luxe, des pure players du web, des leaders du jeanswear) se sont déplacés le 28 et le 29 mai dernier au Superstudio Più de Milan : ce chiffre représente une hausse de huit pour cent par rapport à l’édition londonienne de décembre 2018. L’objectif d’une édition internationale était également d’attirer des visiteurs venus de tous horizons. Là encore, l’objectif est atteint: 40 pour cent des visiteurs étaient originaires de pays extérieurs à l’Italie.

Comment Denim Première Vision a gagné son pari ?

Une édition « frizzante »

Dans le détail, la fréquentation était à 83 pour cent européenne, avec en tête l’Italie (59 pour cent des visiteurs). En deuxième position, la Turquie totalise 9 pour cent de la fréquentation totale. Troisième pays, l’Espagne présente un nombre de visiteurs stable par rapport à l’édition londonienne de décembre dernier. « C’est un pays important pour les opportunités business qu’il propose, note le communiqué, notamment à travers la présence de grands groupes de mode internationaux ». La France s’inscrit en 4ème position. Suivent, dans l’ordre, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Suisse, les Pays-Bas ou encore le Portugal et la Belgique. Enfin, au 9ème rang, les Etats-Unis dont la présence à l’événement se caractérise par sa stabilité et sa constance.

« Les exposants ont parlé d’une édition « frizzante », pétillante, et d’une activité́ soutenue pendant les deux jours de salon » affirme le communiqué du salon. Il faut dire que l’offre était particulièrement attractive : les 93 exposants avaient visiblement été sélectionnés parmi les entreprises les plus qualitatives et innovantes de l’industrie mondiale du denim. La programmation s’est quant à elle signalée par sa volonté d’être totalement en phase avec les enjeux du secteur avec notamment des prises de paroles sur l’éco-responsabilité. L’espace dédié́ à la Marketplace Première Vision (qui intégrait les tisseurs exposants à Denim Première Vision à l’occasion du salon) a également rencontré un vif succès.

Comment Denim Première Vision a gagné son pari ?

Très apprécié également, ce laboratoire digital et éco-responsable conçu en collaboration avec le designer italien Kristian Guerra. Ce laboratoire permettait d’immerger le visiteur dans l’innovation et l’esprit de la saison automne hiver 20-21 dès l’entrée du salon. Satisfait de cette nouvelle formule, les organisateurs entendent désormais assurer une continuité entre ses différentes éditions. C’est la raison pour laquelle le salon de décembre prochain se déroulera de nouveau à Londres, dans un nouveau quartier et un nouveau lieu: le printworks London.

Crédit photos : Denim Premiere Vision, dr

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS