Ismaël Emelien, de conseiller présidentiel à consultant pour LVMH

Paris - L'ex conseiller d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, a été engagé comme consultant en stratégie environnementale par le géant du luxe LVMH, a-t-il annoncé vendredi à l'AFP, confirmant une information du site Mediapart.

Une mission de consulting

En juin, environ trois mois après son départ de l'Elysée, l'ex conseiller spécial du chef de l'Etat a créé sa société de conseil en stratégie, Unusual (« Inhabituel »), basée dans le 3eme arrondissement de Paris, dont il est « l'associé unique et le seul salarié », a-t-il précisé.

« LVMH fait partie des clients de cette structure depuis fin septembre  », a affirmé à l'AFP M. Emelien, qui assurera une « mission d'accompagnement stratégique pour le groupe, avec un focus sur la dimension environnementale  », a-t-il indiqué.

De son côté un porte-parole de LVMH a confirmé l'existence de cette « mission de consulting, de quelques jours par mois ».

M. Emelien, 32 ans, a précisé avoir déjà accompagné des dirigeants d'entreprises cotées au CAC 40 lorsqu'il travaillait chez Havas, de 2009 à 2014.

Ce trentenaire très secret était l'un des plus proches collaborateurs d'Emmanuel Macron, qui fournissait aux députés et aux ministres les « éléments de langage » sur les sujets d'actualité, l'auteur aussi des formules « Make our planet great again » ou « premier de cordée ».

Il avait annoncé sa démission au mois de février, la justifiant par la sortie d'un livre - co-signé avec David Amiel, « Le progrès ne tombe pas du ciel », sur le progressisme -, le chef de l'Etat ayant interdit à ses conseillers de publier pendant qu'ils étaient en poste à l'Elysée.

« Par éthique personnelle, je me suis astreint en tant que conseiller spécial du président à un silence absolu qui n'est pas compatible avec la parution d'un tel ouvrage », avait-il alors déclaré à l'hebdomadaire Le Point.

M. Emelien avait alors évacué tout lien avec l'affaire Benalla dans laquelle il était pourtant directement impliqué.

L'ex-chargé de mission du président avait en effet affirmé aux enquêteurs lui avoir transmis des vidéos obtenues illégalement auprès de la police, destinées à le disculper dans le déroulé des violences du 1er mai. Ces images s'étaient retrouvées sur des comptes Twitter pro-Macron.

Avant lui, Sylvain Fort, directeur de la communication et plume du président, autre pilier des débuts de la « Macronie », avait annoncé début janvier son départ « pour raisons personnelles ».(AFP)

Photo : Louis Vuitton Facebook

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS