• Home
  • Actualite
  • People
  • Accusé de crimes sexuels, le millionnaire Peter Nygard reste en prison

People

Accusé de crimes sexuels, le millionnaire Peter Nygard reste en prison

Par AFP

29 mars 2021

Montréal - La justice canadienne a ordonné vendredi le maintien en détention du millionnaire canadien Peter Nygard, accusé de plusieurs crimes sexuels par les Etats-Unis qui réclament son extradition.

Le magnat de la mode avait fait appel d’une précédente décision d’un tribunal de Winnipeg (Manitoba) qui avait déjà refusé sa remise en liberté, craignant qu’il n’entre en contact avec des témoins ou des victimes. Vendredi, la cour d’appel du Manitoba a rejeté sa demande, estimant que la détention de Peter Nygard, 79 ans, était “nécessaire pour maintenir la confiance dans l’administration de la justice”.

Dans son jugement, la cour souligne la “nature extrême et la portée” d’allégations qui “brossent le portrait d’une conduite criminelle planifiée, financée et menée sur une échelle sidérante”.

L’avocat de Peter Nygard avait initialement demandé sa libération sous caution en janvier, disant craindre que son client ne contracte le Covid-19 en prison. Mais l’argument avait été rejeté par la juge, seuls sept cas de coronavirus ayant été détectés à l’époque parmi les 500 détenus de la prison du Manitoba où le millionnaire est écroué.

Une douzaine de victimes aux Etats-Unis

M. Nygard fait face à neuf chefs d’accusation, dont ceux de racket et trafic sexuel, impliquant “au moins une douzaine de victimes aux Etats-Unis, aux Bahamas et au Canada, entre autres”, selon l’acte d’accusation déposé devant la cour fédérale de Manhattan.

Les faits qui lui sont reprochés se seraient produits entre 1990 et 2020. Au cours de cette période, l’accusé et ses complices présumés, y compris des employés de son groupe, auraient “utilisé la force, la fraude et la coercition pour amener des femmes et des mineurs à avoir des relations sexuelles” avec eux, précise l’acte.

Détenu au Canada depuis mi-décembre, le magnat de la mode nie ces accusations. (AFP)

Crédit : Unsplash, Mika Baumeister.