Paris - La marque japonaise Mame Kurogouchi suivie de la coréenne Kimhekim, qui figurent pour la première fois sur le calendrier officiel, ouvriront le bal lundi soir. Pendant neuf jours, seront dévoilées soixante-quinze collections du prêt-à-porter femme printemps-été 2020.

Le Vietnamien-Américain Hung La et la Française Léa Dickely, couple et duo de designers derrière la griffe londonienne Kwaidan Editions, un autre nouvel arrivant qui cultive un esprit cinématographique, présenteront leur collection le 1er octobre, au dernier jour de la Fashion week parisienne, entre Chanel et Louis Vuitton.

Jupe coréenne et nœud immense

Ancien de Balenciaga, le Coréen Kiminte Kimhekim a dessiné une collection mélangeant le costume traditionnel coréen et l'uniforme, imposé aux lycéens dans son pays, au streetwear avec une touche de « provocation ».

« Je suis très honoré de faire ce show, je suis heureux d'être sur le calendrier officiel et je suis prêt », a-t-il déclaré à l'AFP avant l'ouverture.

L'actrice et icône de la mode Elle Fanning avait porté en août une robe Kimhekim rose transparente ceinturée d'un nœud gigantesque, la marque de fabrique du designer qu'on verra aussi lundi.

Dans sa collection le designer revisite également la longue jupe traditionnelle coréenne, chima, fabriquée par des artisans à Séoul, en la superposant sur un jean et ajoutant une chemise blanche, un clin d'oeil aux uniformes.

Une partie de la collection est baptisée ironiquement « Buy it if you can » (achète ça si tu peux) comme une veste gigantesque associée à un pantalon deux fois plus long que d'habitude.

« Certains disent que ce n'est pas portable, mais je m'en fiche, si vous pouvez, achetez ! », lance le créateur qui revendique le plaisir d'expérimenter.

La Japonaise Maiko Kurogouchi qui avait fait ses armes chez Issey Miyake, est connue pour des collections féminines et audacieuses mariant l'artisanat traditionnel à des techniques ultramodernes.

View this post on Instagram

#mamekurogouchi #2019fw

A post shared by Mame Kurogouchi (@mamekurogouchi) on

« Nous, les designers, pouvons créer quelque chose de nouveau à partir du savoir-faire ancien et le transmettre à la génération suivante », souligne la créatrice sur son site.

Le styliste coréen Rok Hwang clôture la journée de lundi avec sa marque Rokh basée à Londres et qui défile pour la deuxième fois à Paris avec le show intitulé « Field tripe » (Promenade dans les champs). (AFP)

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS