(publicité)
(publicité)
(publicité)
Lacoste remporte le combat contre un "caïman" polonais

La Cour européenne de justice a donné raison mercredi au français Lacoste, en refusant d'enregistrer la représentation d'un crocodile comme marque pour un fabricant polonais de sacs et vêtements, Mocek et Wenta. "Le tribunal considère que la représentation du caïman de Mocek et Wenta pourrait être perçue comme une variante de la représentation du crocodile de Lacoste, cette dernière étant largement connue du grand public", explique la Cour dans son communiqué.

Elle a par conséquent rejeté un recours déposé par Mocek et Venta, qui s'était déjà vu refusé l'enregistrement de son caïman comme marque par l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), agence de l'UE chargée de gérer les systèmes d'enregistrement des marques et des dessins ou modèles, valables dans les 28 États membres. "Le tribunal estime que, pour les sacs, vêtements et chaussures, un risque de confusion existe, étant donné que le grand public risque de croire que les produits portant les signes en conflit proviennent de la même entreprise ou d'entreprises liées économiquement".

Fondée par le champion de tennis français René Lacoste, en 1933, l'entreprise Lacoste, qui a démarré les vêtements de sports, possédait dès sa fondation le logo en forme de crocodile, surnom donné au joueur alors qu'il sévissait encore sur les cours en raison de sa ténacité. (AFP)