Carcel : la marque de mode durable qui donne des opportunités aux femmes en prison

En août 2017, la créatrice de mode danoise Verónica D'Souza a lancé "Carcel", une nouvelle marque de mode dont l'objectif est de combiner responsabilité sociale et durabilité. Les produits de haute qualité de la marque sont fabriqués exclusivement par des femmes incarcérées en utilisant des matériaux 100 pour cent naturels et en ne respectant pas les saisons traditionnelles afin de vendre tous les produits et d'éviter le gaspillage.

Basée à Copenhague, l'entreprise a commencé à fabriquer des vêtements en laine de bébé alpaga dans une prison située à Cusco, au Pérou. A la fin du mois, Carcel présentera une ligne de vêtements en soie fabriquée par des femmes dans une prison de Chiang Mai, en Thaïlande, son deuxième site de production.

Aujourd'hui, la marque vend ses produits dans le monde entier par le biais de sa propre plate-forme en ligne et aussi sur Net-a-Porter et le grand magasin Browns à Londres. Les prix des produits varient entre 90 et 875 euros.

Carcel : la marque de mode durable qui donne des opportunités aux femmes en prison

FashionUnited a pu parler au téléphone avec Verónica D'Souza à propos de la création de sa marque et de ses projets à venir.

Comment est née l'idée de Carcel ?

Mme D'Souza, qui a reçu une formation en business durable, a dit que l'idée lui est venue alors qu'elle vivait à Nairobi, au Kenya, et travaillait avec des femmes qui vivaient dans la pauvreté : "J'étais très curieuse de savoir les raisons pour lesquelles les femmes allaient en prison, alors j'ai demandé la permission de visiter une prison pour femmes et ils m'ont laissée le faire. Quand je suis arrivé, j'ai réalisé que la principale raison pour laquelle elles avaient été emprisonnées était qu'il fallait qu’elles se battent contre la pauvreté, cela les a amenées à se prostituer, à voler et à faire du trafic de drogue. Beaucoup d'entre elles sont aussi des mères de familles rurales, avec de bas salaires et un faible niveau d'éducation ".

Quand D'Souza a vu ces femmes coudre, tricoter ou fabriquer de petits objets artisanaux juste pour passer le temps en prison, sans même avoir accès à de bons matériaux ou avoir un espace pour commercialiser ce qu'elles faisaient, elle a considéré que c'était un gaspillage de ressources et a réalisé que la même chose se passait dans de nombreuses régions du monde.

"J’ai pensé qu'on pourrait trouver des endroits où elles auraient accès aux matériaux naturels les plus incroyables du monde, où elles pourraient aussi avoir des produits féminins traditionnels et les combiner notamment dans des endroits où le niveau élevé de pauvreté était lié au crime. Il pourrait en résulter de beaux produits concurrentiels qui pourraient vraiment aider ces femmes à sortir de la pauvreté, pour qu'elles puissent épargner, gagner un salaire équitable et envoyer de l'argent à la maison pour leurs enfants afin qu'ils aient un avenir meilleur."

Carcel : la marque de mode durable qui donne des opportunités aux femmes en prison

Le Pérou, premier centre de production

Mme D'Souza a confié qu'elle avait commencé par dresser une liste des pays qui avaient les meilleurs matériaux au monde et les taux les plus élevés de crimes commis par des femmes vivant dans la pauvreté. "Le Pérou était l'un des principaux pays sur ma liste pour le trafic de drogue et parce qu'ils ont aussi une fantastique tradition de produits fabriqués avec de l'alpaga.

J'ai ensuite communiqué avec le président de l'Institut pénitentiaire national du Pérou (INPEC), nous nous sommes rencontrés, et il m'a dit qu'ils étaient intéressés et qu’ils pourraient avoir des possibilités d'emploi pour les personnes détenues. J'ai voyagé à travers le pays, visitant différentes prisons, et nous avons décidé de commencer à Cusco. Nous y avons installé notre propre centre de production et c'est nous qui avons dû apprendre parce que nous ne connaissions rien à l'alpaga. Louise (Van Hauen), ma partenaire et designer, a présenté les premiers produits et c'est ainsi que nous avons commencé ", explique-t-elle.

J'ai voyagé à travers le pays, visitant différentes prisons, et nous avons décidé de commencer à Cusco. Nous y avons installé notre propre centre de production et c'est nous qui avons dû apprendre parce que nous ne connaissions rien à l'alpaga. Louise (Van Hauen), ma partenaire et designer, a présenté les premiers produits et c'est ainsi que nous avons commencé", explique-t-elle.

En plus du Pérou, le label a ouvert un nouveau centre de production dans la prison de Chiang Mai, en Thaïlande. "Dans chaque pays, nous avons un directeur de production qui visite les centres tous les jours et contrôle le travail effectué. Les différences se situent au niveau des matériaux, qui ne ressemblent à aucun autre, car ils sont produits de différentes façons. Les cultures des deux pays sont également différentes ", a déclaré Verónica D'Souza.

Carcel : la marque de mode durable qui donne des opportunités aux femmes en prison

Une proposition mode innovante

En un an et demi seulement, la marque a connu une croissance exponentielle. "Nos clients ont changé. Au début, il s'agissait surtout de Scandinaves, mais maintenant nous recevons des commandes du Royaume-Uni, des États-Unis, de l'Australie et du Mexique.... Nous sommes en pleine expansion et 50 pour cent de nos clients sont hors d'Europe", a déclaré la fondatrice de la société.

Verónica D'Souza a dit qu'ils ont l'intention de continuer à travailler avec ces femmes qui sont privées de liberté, afin de les rendre plus sûres d'elles et de briser le cercle de pauvreté dans lequel elles sont plongées. "Je pense qu'en créant ce genre entreprises, vous pouvez gagner de l'argent et trouver des solutions aux problèmes de nombreuses personnes."

Global Fashion Stories partage des histoires inspirantes d'entrepreneurs de la mode du monde entier, car FashionUnited croit que les professionnels de la mode peuvent apprendre les uns des autres, peu importe qui ils sont ou où ils se trouvent.

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo: Carcel

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS