Le tribunal de commerce de Lyon a prononcé mardi la cessation définitive d'activité du numéro un européen du tissu élastique pour la lingerie-corseterie, Cheynet & Fils, laissant au chômage ses 180 salariés à Saint-Just-Malmont (Haute-Loire).

Cette décision fait suite à trois tentatives de reprise infructueuses au premier trimestre pour cette entreprise, en liquidation judiciaire depuis le 5 décembre.

La direction a vainement tenté d'obtenir mardi une nouvelle poursuite d'activité de dix jours qui aurait, selon elle, permis d'achever la production et la livraison de 600.000 euros de commandes en cours, moyennant une prime supra-légale de 2.000 euros par salarié.

A l'issue de l'audience, les représentants CGT ont à nouveau dénoncé une "mauvaise gestion des dirigeants", notamment "l'entêtement constaté depuis plusieurs années du dirigeant Grégoire Giraud à vouloir sauver seul son entreprise, en refusant d'ouvrir le capital à d'autres".

Ils ont dénoncé "les pouvoirs publics, l'Etat, la région, le département et la communauté de communes qui, sans droit de regard ni contreparties, ont distribué il y a un an près de 2 millions d'euros d'argent public à cette entreprise".

Le syndicat, qui avait lancé le 20 mars un appel à d'éventuels repreneurs, souhaite désormais "trouver des solutions pour un maximum de salariés", dont les licenciements doivent être signifiés par le mandataire liquidateur sous trois semaines.

Premier fabricant européen de tissu élastique (ruban, dentelle) pour la lingerie-corseterie, Cheynet & Fils, principale composante du groupe Cheynet Industries, basé à Saint-Chamond (Loire), a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires d'un peu plus de 9 millions d'euros.(AFP)

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS