• Home
  • Actualite
  • Business
  • Artcurial clôture ses ventes monégasques sur une série de records

Business

Artcurial clôture ses ventes monégasques sur une série de records

Par Herve Dewintre

1 févr. 2021

L’engouement des acheteurs pour les pièces exceptionnelles est plus vif que jamais. C’est du moins l’enseignement que l’on tire à la clôture de la semaine de ventes monégasques organisée par Arcurial à l’Hôtel Hermitage du 17 au 21 janvier dernier. Les vacations étaient consacrées à trois spécialités : la joaillerie, l’horlogerie et la maroquinerie de prestige, baptisée « Hermès & Luxury bag ». Elles ont totalisé 9 millions d’euros, avec près de 90 pour cent de lots vendus : il s’agit du meilleur résultat jamais obtenu par la maison de ventes aux enchères françaises pour sa session monégasque. Artcurial organise deux ventes par an sur le Rocher.

Pour couronner le succès de cette session hivernale, la maison signale plusieurs records du monde. Il faut dire que les vacations consacrées à la joaillerie se caractérisait par la vente d’une collection extraordinaire : 100 lots appartenant à une mystérieuse collectionneuse. Toutes les pièces lui avaient été offertes par son époux durant leurs 40 années de mariage. Un homme amoureux, au gout raffiné : cette collection d’une vie se recommandait en effet par la variété des époques présentées (de l’Art déco aux années 80 en passant par des bijoux anciens et des bijoux d’artistes comme César ou Lalanne), l’excellence de leur facture et la diversité de leur provenance. Les maisons Tiffany, Garrad, Asprey ou encore Cartier étaient très bien représentées. Un collier panthère Cartier pavé de diamant et d’émeraude a été adjugé 110 500 euros. La vente de cette collection « Property of a Lady » a rapporté 3 487 770 euros. « Les collectionneurs du monde entier étaient dans la salle » s’enorgueillit Julie Valade qui dirige le département joaillerie.

Record pour la montre Cartier Peau de Panthère

La sélection resserrée proposée pendant les deux vacations consacrées à l’horlogerie – la première consacrée à l’horlogerie de collection, la deuxième aux montres féminines – a également affolé les collectionneurs. Les deux ventes ont totalisé ensemble 4 490 935 euros frais inclus, soit plus du double de l’estimation globale. Des lots quasiment inconnus du marché ont littéralement fait exploser les enchères : une rarissime Patek Philippe Big Arabic, a été adjugé à 883 000 euros frais inclus tandis que la Rolex Daytona « Paul Newman », s’envolait à 424 000 euros. Une Rolex Submariner Comex 6077 a quant à elle été vendue pour 337 400 euros. Les garde-temps féminins ont eux aussi électrisé la salle, notamment les 34 montres appartenant à la mystérieuse épouse comblée. Soulignons un record pour la montre Cartier Peau de Panthère vendue à 331 200 euros.

Enfin, la vente consacrée aux accessoires a elle-aussi confirmé l’attrait des acheteurs internationaux pour les modèles d’exception et les classiques. 60 sacs Hermès étaient présentés, ainsi qu’une sélection de sacs Louis Vuitton, Chanel et Dior. Sans surprise, l’iconique maison du Faubourg Saint Honoré se taille la part du lion. L’estimation basse de la plupart des lots a été dépassée. « La pluralité de la vente est la raison de son succès car toutes les couleurs, les peaux et les tailles étaient représentées » analyse Alice Leger, spécialiste mode et accessoire de luxe chez Artcurial. Avec 92 pour cent des lots vendus, cette vente a totalisé 689 790 euros. A noter : la belle proportion d’acheteurs européens. Les sacs vintages sont décidément une affaire en or.

Crédit photo: Artcurial