Paris Fashion Week, jour 2 : quatre présentations à (re)voir

La Fashion Week parisienne entame à peine son deuxième jour que déjà le charme opère. L’atmosphère chamanique de Marine Serre et les paysages inhabités de Cecilie Bahnsen ne laissent pas indifférent et démontrent un travail d’inspiration fouillé. Passage en revue de ce début de fashion week.

Wales Bonner

A 17h30, hier, la créatrice anglaise Wales Bonner présentait le film « Reflections on Essence ». La collection est la deuxième partie d’un triptyque explorant les liens diasporiques entre la Grande-Bretagne et les Caraïbes. La vidéo tournée par Jeano Edwards met en scène des looks colorés et couture, parmi eux : des ensembles de survêt issus d’une collaboration avec Adidas. Les images montrent l’océan, des rues de villages jamaïcains et une nature luxuriante comme un échappatoir.

Marine Serre

De son côté, Marine Serre a su profiter du temps long permis par le format vidéo pour pousser son univers apocalyptique à son extrême. Ponctué de silhouettes masquées et encagoulées, le film embrasse l’actualité alors que la seconde vague de Covid-19 déferle sur l’Europe. Intitulé « Amor Fati », le film est décrit par l’AFP comme « dérangeant avec des images fortes accompagnées de musique stridente ». Les silhouettes font, quant à elles, la part belle à la fameuse combinaison intégrale avec en print all-over le logo en demi-lune de la marque.

Cecilie Bahnsen

Dans un registre plus apaisé, la créatrice danoise Cecilie Bahnsen a opté pour la poésie de paysages dépeuplés où seul marchent des mannequins en robes romantiques. En guise d’inspiration, Cecilie Bahnsen mentionne sur le compte Instagram de sa marque les clichés en noir et blanc de Hashimoto Shoko des musiciennes aveugles appelées goze, pris dans les années 70, mais également le travail de l’artiste américain James Turrell et les peintures de Krøyer représentant les nuits d’été en bord de la mer.

Situationist

Filmer sa collection dans la réalité de la rue, telle est l’idée de la marque Situationist. Le label géorgien introduit sa vidéo par un paragraphe précisant que les réactions des passants sont spontanées et n’ont pas été mises en scène. Les images obtenues nourrissent la marque d’une certaine humanité. Le stratagème est malin. En plaçant les vêtements casual-couture aux côtés d’un vestiaire quotidien et sans esbroufe, la collection estivale de Situationist n’en ressort que plus distinguée.

Crédit : Marine Serre PE21 - Wales Bonner PE21

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS