• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Les collections croisière doivent-elles reprendre comme si de rien n'était ?

Les collections croisière doivent-elles reprendre comme si de rien n'était ?

Par FashionUnited

18 mai 2022

Mode |Opinion

Courtesy of Chanel

Le retour des voyages à l’international s’accompagne de celui des défilés croisière à l’étranger. Chanel a récemment dévoilé sa collection Cruise à Monaco, Dior s'apprête à présenter la sienne en Espagne, tandis que Louis Vuitton l’a organisé en Californie. Oui, la foule de la jet-set est de retour et audacieuse et à la mode.

Le retour des collections croisières et balnéaires présente des avantages et des inconvénients

Bien qu'il soit excitant de revenir à la beauté des collections Resort et des voyages internationaux, après la pause imposée par Covid-19 et ses confinements, il est surprenant que les défilés aux destinations ensoleillées soient revenus à l’ordinaire. Durant les lockdowns, de nombreux créateurs ont semblé s'arrêter et réfléchir à la rapidité et à la constance du fonctionnement du système de la mode, se demandant s'il était durable. Certaines marques produisent jusqu'à six collections par an : printemps/été, automne/hiver, pré-automne, croisière/villégiature et deux collections couture.

En 2020, lorsque les collections Resort et Cruise ont commencé à être annulés un peu partout, l'une des premières questions était de s’interroger sur les conséquences environnementales de ces défilés généralement présentés à l’étranger et amenant les journalistes, acheteurs, stylistes et célébrités à travers le monde à contribuer aux émissions de gaz à effet de serre générée par les vols en avion. Mais à présent que les choses reviennent à la normale et que la saison des croisières est de retour, les habitudes reprennent.

Avant d'aller plus loin, jetons un bref coup d'œil à l'histoire des collections croisière. Ces collections sont devenues des prolongations de vacances pour les marques de mode de luxe. Les fêtes de fin d'année sont la période où la jet-set prend ses quartiers d'hiver et part en vacances dans des stations balnéaires luxueuses. Car, pourquoi rester dans le froid glacial quand on peut se permettre de s'évader ? Ces collections ont débuté dans les années 1920 sous la forme de petites lignes de vêtements destinées à offrir aux clients quelques options en vue d’aller se prélasser sur la plage. Elles ont depuis évolué pour devenir des collections à part entière, dignes des défilés de mode et de leur front row occupé par des rédacteurs de mode et des célébrités de la liste A.

Alors que l'industrie de la mode est déjà saturée de produits, Comment se fait-il que nous soyons revenus à la normale en ce qui concerne les défilés de mode ? Vogue Business a rapporté qu'entre les coûts directs des vols, des chaînes d'approvisionnement et des ressources de production, les acheteurs de mode et les créateurs contribuent à eux seuls à 241 000 tonnes d'émissions de carbone par an en participant au mois de la mode, ce qui équivaut à plus que les émissions totales d'un petit pays.

Pour commencer, de nombreux acteurs de l'industrie de la mode se sont plaints de la magie perdue lorsque les collections étaient retransmises exclusivement en ligne. La vidéo ne capture pas les mêmes sensations qu’un défilé auquel on assiste en personne. Mais alors que l'industrie de la mode s'efforce d'atteindre une certaine neutralité carbone, l'avenir des collections croisière semble discutable.

Les collections croisières sont nécessaires pour certains marchés. En Amérique latine, au Moyen-Orient et en Asie du Sud, où les climats sont favorables à des offres plus sommaires tout au long de l'année, les manteaux automne/hiver et les pulls en cachemire proposés par les marques de luxe ne suffisent pas. C'est pourquoi les acheteurs et les détaillants de ces marchés voient ces collections croisières comme une nécessité pour assurer le fonctionnement de leurs magasins.

Les collections Cruise sont également extrêmement rentables. Chanel a révélé un jour que de novembre à mai, les collections croisière représentaient 30 pour cent des revenus de la marque. Tandis que d’autres marques, comme Gucci, ont choisi de totalement sacrifier les collections croisière au profit de deux shows hors saison avec suffisamment de produits pour alimenter les magasins pendant six mois d'affilée.

Pour l'instant, la plupart des marques suivent le calendrier traditionnel des collections Resort et Cruise. Les rédacteurs et les acheteurs se rendent compte de la valeur des collections croisière, et si les gens achètent, le pouvoir de ces lignes ne diminuera pas de sitôt. Espérons seulement qu'à l'avenir, ces shows prendront davantage en compte l'impact environnemental de la production.

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.