Le styliste sarde Antonio Marras a dévoilé vendredi à la semaine de la mode à Milan des collections automne-hiver rigoureuses et élégantes, en embarquant ses convives à bord du transatlantique de son ancêtre.

"En première classe, des hommes d'affaires élégants et des comtesses embijoutées, en seconde des commerçants et des femmes rêvant de rejoindre le tendre aimé et en troisième, douleur et désarroi", a raconté Antonio Marras dans un petit livre distribué durant le défilé. Le patchwork était à l'honneur pour les vestes d'hommes avec des motifs pied-de-poule, prince de Galles ou jacquard, tandis que les robes étaient rehaussées de dentelles, de bijoux, de perles et de tulle. Réputé pour ses collaborations avec le théâtre, le cinéma ou le spectacle, le créateur a offert une véritable mise en scène sur le podium avec des acteurs et danseurs se déplaçant aux notes d'un piano à queue pour accompagner le passage des mannequins. Roberto Cavalli devait prendre le relais dans l'après-midi avec un défilé mixte. (AFP)

Mode à Milan: des femmes fortes chez Prada et Fendi

Fendi et Prada ont surfé sur la vague féministe en présentant jeudi à la semaine de la mode à Milan des collections destinées à des femmes fortes qui ne renoncent pas pour autant à se montrer romantiques ou sexy.

Chez Prada, le défilé était aussi l'occasion de présenter le dernier bâtiment de la fondation éponyme de la maison, conçu par le studio OMA de l'architecte star néerlandais Rem Koolhaas. Les heureux élus ont dû gravir à pied les étages de cette tour blanche asymétrique, pour découvrir une salle transversale bordée de baies vitrées surplombant les lumières de la capitale lombarde. Sur les podiums, Miuccia Prada a proposé une collection où le nylon est roi, un retour du tissus qui a rendu la marque célèbre à travers le monde, déjà amorcé lors des collections hommes de janvier. Du synthétique qui s'adapte aux robes, aux manteaux larges ou aux vestes sans manches. Des tissus et des détails techniques aussi, empruntés à l'univers du streetwear, du voyage, comme ces étiquettes de bagages en guise de broches.

Mode à Milan: des femmes fortes chez Prada et Fendi

Quasiment pas de pantalons mais des robes à profusion, tailleur sport, en tweed ou peau retournée, bustier. Le tulle, brodé de strass ou agrémenté de décorations florales, se superpose pour apporter légèreté et une touche de romantisme. Mais point trop n'en faut car Miuccia Prada, militante féministe de la première heure, a conçu une collection pour une femme presque combattive. "Je veux un monde où les femmes ne frôlent plus les murs lorsqu'elles sont dans la rue et où elles ont la force d'être libres, féminines, sexy", a-t-elle déclarée à l'AFP dans les coulisses. L'évolution de la palette, du noir en début de défilé à la couleur, fluo de surcroit pour le final, est étudiée: il s'agit de "couleurs fortes, criardes, pour être agressive dans la nuit. J'aimerais que les femmes puissent sortir habillées comme ça sans que personne ne les importune", a-t-elle insisté.

Mode à Milan: des femmes fortes chez Prada et Fendi

'Assumer le pouvoir'

Même souci chez Fendi, dont les directeurs artistiques Silvia Venturini Fendi et Karl Lagerfeld ont proposé "un uniforme romantique pour une femme forte". Il s'agit d'habiller une femme "qui a de plus en plus de poids dans la société, qui peut se jouer des codes masculins et assumer le pouvoir", a expliqué à l'AFP Mme Venturini Fendi dans les coulisses. Dans une salle comble aux allures de boudoir rose poudré croisé avec un gentlemen's club, les silhouettes ont les épaules carrées, surmontées de vestes, de capes courtes ou longues, déclinées en fourrure, en duvet prince de Galles ou en lainage, "comme pour donner des supers pouvoirs à cette Femme Fendi", a expliqué la styliste. Le motif du mouchoir brodé est un élément récurrent, brodé autour du cou mais aussi démultiplié et en patchwork pour une robe légère et fluide, ultra-romantique.

Mode à Milan: des femmes fortes chez Prada et Fendi

"Cet objet que les femmes d'autrefois brodaient à la main de leurs initiales et donnaient à l'homme qui partait en guerre devient un élément d'habillement certes romantique mais aussi de prise de pouvoir: cette femme-là ne reste pas à la maison à broder, elle est dans la vie, dans la rue, la tête haute", a assuré Mme Venturini Fendi. Ce discours féministe ne sonne cependant pas opportuniste dans une maison historiquement matriarcale, fondée par les cinq soeurs Fendi. Le logo Fendi ne manque pas à l'appel, sur les sacs, les vestes, associé au losange art déco ou en version pop. "Chez moi, il n'y a jamais eu de différence entre les hommes et les femmes, c'est donc très naturel pour moi d'apporter mon soutien à ces luttes qui réémergent", a rappelé la styliste. Les défilés se poursuivent vendredi, avec Versace en apothéose. (AFP)

Fotos: Prada press office, Fendi & Prada AW18 / Catwalkpictures

Silvia Venturini Fendi et Karl Lagerfeld ont proposé jeudi "un uniforme romantique pour une femme forte", surfant sur la vague féministe lors du défilé Fendi pendant la semaine de la mode à Milan.

Il s'agit d'habiller une femme "qui a de plus en plus de poids dans la société, qui peut se jouer des codes masculins et assumer le pouvoir", a expliqué Mme Venturini Fendi, co-directrice artistique. Dans une salle comble aux allures de boudoir rose poudré croisé avec un gentlemen's club, les silhouettes ont une carrure importante: surmontées de vestes, de capes courtes ou longues, déclinées en fourrure, en duvet prince de Galles ou en lainage, les épaules sont volontairement carrées, "comme pour donner des supers pouvoirs à cette Femme Fendi", a expliqué la styliste.

Le motif du mouchoir brodé est un élément récurrent de la collection. "Cet objet que les femmes d'autrefois brodaient à la main de leurs initiales et donnaient à l'homme qui partait en guerre devient un élément d'habillement certes romantique mais aussi de prise de pouvoir: cette femme-là ne reste pas à la maison à broder, elle est dans la vie, dans la rue, la tête haute", a assuré Mme Venturini Fendi. On retrouve donc le mouchoir brodé autour du cou mais aussi démultiplié et en patchwork qui compose une robe légère et fluide, ultra-romantique.

Ce discours féministe ne sonne cependant pas opportuniste dans une maison historiquement matriarcale, fondée par les cinq soeurs Fendi. "Chez moi, il n'y a jamais eu de différence entre les hommes et les femmes, c'est donc très naturel pour moi d'apporter mon soutien à ces luttes qui réémergent", a rappelé la styliste. Le logo Fendi ne manque pas à l'appel, sur les sacs, les vestes et associés à un nouveau motif, le losange art déco. On le retrouve aussi dans sa version pop, croisé avec celui d'une autre marque, Fila, une proposition de l'artiste Hey Riley que la griffe a décidé de se réapproprier avec humour.

A la fin du défilé, Karl Lagerfeld et Silvia Venturini Fendi ont pu saluer dans les coulisses le nouveau patron de la maison romaine, Serge Brunschwig, transfuge de Dior Homme nommé deux jours plus tôt. Les défilés continuaient jeudi, qui devait être marquée avant tout par celui de Prada dans la soirée. (AFP)

Mode à Milan: des stylistes stars et un défilé époustouflant

La maison italienne Gucci a offert mercredi un show époustouflant à la fashion week de Milan, en présence de stars de la mode venus participer à l'inauguration d'une exposition, autre événément de cette semaine milanaise.

Un défilé particulièrement attendu par les invités qui avaient reçu ces derniers jours une invitation sous forme de minuterie orange avec compte-à-rebours en chiffres lumineux rouge. La promesse d'Alessandro Michele, le directeur artistique star de la maison, a été tenue à double titre: le défilé a commencé à l'heure, du jamais vu dans l'histoire de la mode, et surtout, des collections mixtes mélangeant les genres ont créé l'événement.

Mode à Milan: des stylistes stars et un défilé époustouflant

Le Gucci Hub, quartier général milanais de la marque s'est transformé en bloc opératoire : murs recouverts de PVC vert, lumière au néon blanc et fauteuils prêts pour l'intervention au centre de l'espace où défilaient les mannequins hommes et femmes, le tout sur fond de musique et de bip bip d'électro-cardioscope. Comme toujours l'univers d'Alessandro Michele est hyper référencé, et aucun détail n'est laissé au hasard. La présentation écrite du show cite Michel Foucault sur la question de la régulation de l'identité sociale comme instrument de contrôle des masses. Face à cela, la collection de Michele se propose de casser les genres, et d'inventer un nouvel être hybride, un "Cyborg Gucci".

Mode à Milan: des stylistes stars et un défilé époustouflant

Cette créature biologiquement indéterminée exprime son identité multiple à travers des vêtements qui évoquent tous les continents, croisent les époques et mixent les emblèmes de la pop culture : ici un chapeau pagode associé à un ensemble complet, un total look en dentelle flanqué d'une broderie New York Yankees; là un passe-montagne de ski en maille surmonté d'un turban en jacquard porté avec une veste en lurex doré. Ou encore une robe en velours bordeaux tout droit sortie d'un tableau de Piero della Francesca. Les mannequins ont parfois un troisième oeil, tantôt un bébé dragon ou leur propre tête dans les bras comme accessoire dernier cri.

"Ce qui me touche c'est à la fois le talent mais aussi la dose d'humour et d'autodérision de la part d'Alessandro Michele. Sa collection est tellement riche, il faudrait avoir le temps de la décortiquer pour en comprendre tous les enjeux" a déclaré Chiara Mastroiani à l'AFP à la sortie du défilé.

Stylistes stars

Autre événement phare de cette "vraie" première journée des défilés milanais: l'inauguration de l'exposition événement de cette fashion week. Donatella Versace, Giorgio Armani, Pierpaolo Piccioli, Silvia Venturini Fendi ou Jean-Paul Gaultier... Ces stars de la mode étaient présentes pour passer en revue trente ans de stylisme italien. Produite par la Chambre nationale de la mode italienne, l'exposition "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" (du 22 février au 6 mai) explore ces trois décennies, qui ont donné naissance au prêt-à-porter et au Made In Italy, incarné par les grands stylistes italiens.

Mode à Milan: des stylistes stars et un défilé époustouflant

"Il n'y a pas d'intention nostalgique mais au contraire la fierté et la volonté de célébrer la mode italienne et d'en restituer la complexité", a déclaré Maria-Luisa Frisa, commissaire de l'exposition avec Stefano Tonchi. "La mode italienne est un laboratoire créatif qui a généré des mondes, défini des individualités fortes, apporté un point de vue sur la contemporanéité et qui continue de le faire aujourd'hui", a-t-elle ajouté. Le parcours dans les salles du Palazzo Reale, à deux pas du célèbre Duomo, la cathédrale de Milan, évite l'écueil de la chronologie et lui préfère une approche thématique.

Identité, démocratie, logo, diorama, l'Italie des objets... Neuf salles au total, autour de neuf thèmes, font dialoguer des vêtements d'archives de grandes maisons comme Missoni, Armani, Versace mais aussi Krizia, Romeo Gigli, Gianfranco Ferrè. L'exposition est aussi jalonnée par les photographies d'Oliviero Toscani, Paolo Roversi ou encore les oeuvres des artistes Alighiero Boetti et de Vanessa Beecroft.

Tasses, tapis de chien ou vases flanqués de logos des marques de mode... Rien d'anormal en 2018 mais cette incursion des griffes dans les objets du quotidien fût, dans les années 80, une petite révolution que raconte aussi l'exposition. Le reflet des visiteurs dans les grands miroirs de Michelangelo Pistoletto, posés au sol d'une des salles de l'exposition, achève de créer la continuité entre la mode d'hier et celle d'aujourd'hui. (AFP)

Fotos: Gucci by Dan Lecca
Les nouvelles Air Jordan III disponibles en avant-première sur Snapchat

Pour se démarquer et susciter l’intérêt du consommateur, les marques sont de plus en plus attirées par l’innovation. Dernière nouveauté, la marque Nike qui a décidé de promouvoir son nouveau modèle, la sneaker Air Jordan III “Tinker”, sur le réseau social Snapchat mais aussi de vendre en avant-première et en édition limitée quelques paires de cette chaussure sur l’application.

La vente flash a eu lieu ce 18 février à l'occasion du All-Star Game. Les personnes présentent durant le match, avaient la possibilité de scanner un QR code, afin d’acheter leur sneaker sur le e-commerce de Snapchat. Le modèle exclusif dont la sortie est prévue pour le 24 mars était ensuite livré à leur domicile dans la même journée. Autant dire que l’opération a été un franc succès puisqu’il n’aura fallu que 23 minutes pour écouler le stock mis à disposition.

Snapchat continue ainsi son installation dans le secteur de la vente en ligne. Au début du mois de février, le réseau social dont le siège est basé en Californie a lancé sa boutique de vente en ligne proposant des produits dérivés.

Photo : Facebook Jordan
International Woolmark Prize : les candidatures sont ouvertes

Relancé en 2012, l’International Woolmark Prize est l’ancêtre du « Concours du secrétariat international de la laine » organisé dans les années 50 par le secrétariat International de la Laine. Ce syndicat regroupait les syndicats d’éleveurs de mouton d’Australie, de Nouvelle-Zelande, d’Afrique du Sud et d’Uruguay. Son but était de promouvoir la laine mérinos dans l’hémisphère Nord à une époque où la consommation textile s’envolait grâce au développement des synthétiques.

Dès sa première édition, ce concours annuel connut l’état de grâce et prouva la pertinence de son flair puisque son jury, composé de deux monstres sacrés - Christian Dior et Hubert de Givenchy - attribua son premier prix ex-æquo à deux inconnus qui devinrent par la suite, et en partie grâce à ce concours qui leur ouvrit toutes les portes, les deux plus grandes star de la mode de la fin du XXe siècle: ces deux inconnus étaient en effet Karl Lagerfeld, qui venait d’arriver en France et qui était alors agé de 21 ans, et du tout jeune Yves Saint Laurent qui venait d’avoir 18 ans.

Un nouveau processus de sélection en ligne

Cette année, les candidatures pour l'International Woolmark Prize 2018/19 sont ouvertes à toutes les marques à l'échelle mondiale, en mesure de répondre aux nouveaux critères de sélection. « The Woolmark Company encourage des créateurs prometteurs en début de carrière, pleinement investis dans le développement de leur activité, et désireux de s'ouvrir à l'international, à déposer leur candidature ». Toutes les demandes seront examinées par un comité d'experts issus du secteur de la mode. « L'International Woolmark Prize est dédié à des créateurs d'exception du monde entier, qui mettent en valeur la beauté, la polyvalence et la nature innovante de la laine mérinos ».

Les demi-finales auront lieu en juillet 2018, dans le cadre d'événements qui se dérouleront dans des six régions différentes à travers le monde. La finale internationale de prêt-à-porter masculin et féminin aura lieu début 2019. La dotation combinée des prix prêt-à-porter masculin et féminin 2018/19 s'élèvera à 270 000 dollars australiens, outre le Prix Innovation, lancé l'an dernier et dont la dotation est de 100 000 dollars australiens. Par ailleurs, les lauréats et les finalistes verront leur collection capsule en laine mérinos commercialisée et mise en vente dans les plus grands magasins et boutiques du monde à travers un réseau partenaire de points de vente.

« Les Nominating Bodies de l'International Woolmark Prize sont toujours les bienvenus pour désigner les meilleurs talents émergents dans leurs régions », précise Stuart McCullough, directeur général de la Woolmark Company. « Mais en ouvrant le processus de sélection, nous continuons à élargir la portée de l'International Woolmark Prize et à découvrir les grands noms de la mode de demain. »

Crédit photo: International Woolmark Prize

Uniqlo s’associe à Tomas Maier pour une collection inédite

Pour cet été 2018, la marque japonaise Uniqlo collabore avec le label Tomas Maier pour une collection été hommes et femmes qui sera disponible dans les magasins Uniqlo ainsi que sur la boutique en ligne. Une collection qui va allier l'engagement durable d’Uniqlo qui inclut l’utilisation de tissus de qualité au concept de style de vie décontracté de la marque Tomas Maier.

«Uniqlo et Tomas Maier portent une philosophie de longue date d'inclure des touches contemporaines dans des vêtements décontractés qui sont fabriqués à partir de tissus de qualité et sont confortables à porter. Notre première collection de vêtements de villégiature marque une nouvelle étape dans l'évolution du lifewear”, a confié Yuki Katsuta, responsable de la recherche mondiale et du design chez Uniqlo.

Crée en 1997, la marque Tomas Maier est initialement connue pour sa collection de vêtements de plage. Le label s'est ensuite développé grâce à un partenariat avec Kering pour englober une gamme complète de produits lifestyle pour hommes et femmes.

«Le concept de ma marque repose sur des conceptions simples mais sophistiquées. Je suis convaincu que nous avons pu incorporer avec succès les technologies et l'expertise remarquables d'Uniqlo dans notre collaboration, qui, je l'espère, pourra aider les gens à se détendre et à s'éloigner du tourbillon de la vie quotidienne", a confié le créateur de la marque éponyme dans un communiqué.

Photo : Collier Schorr/Uniqlo
Kering s’associe au London College of Fashion pour proposer un cours sur le développement durable dans un monde en évolution”, le nouveau cours qui sera dispensé par le London College of Fashion a été élaboré en collaboration avec le groupe de luxe Kering (qui possède des marques de renoms telles que Gucci, Yves Saint-Laurent ou encore Stella McCartney).

Il s’agit d’un cours numérique disponible en accès libre, codé par des universitaires du LCF et des experts en durabilité de Kering. Selon les informations du quotidien WWD, ce projet sera un mélange de films, de podcasts, d'activités et de discussions sur la durabilité dans le monde de la mode et du luxe.

L’établissement et le groupe de luxe vont proposer 18 heures d’enseignement qui s'étendent sur six semaines à partir du 9 avril 2018. Le programme sera composé de six modules liés à la durabilité dans la mode et le luxe parmi ceux-ci, l'approvisionnement en matières premières, le bien-être des animaux ou encore la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les inscriptions ont démarrés depuis le 20 février et sont officiellement ouvertes à tous bien que destinées aux futurs professionnels de la mode.

Photo : Courtesy of Kering x LCF

Donatella Versace, Giorgio Armani, Pierpaolo Piccioli, Silvia Venturini Fendi ou Jean-Paul Gaultier... Des stylistes stars ont participé mardi à Milan à l'inauguration de l'exposition événement de la fashion week.

Produite par la Chambre nationale de la mode italienne, l'exposition "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" (du 22 février au 6 mai) explore ces trois décennies qui ont donné naissance au prêt-à-porter et au Made In Italy, incarné par les grands stylistes italiens. "Il n'y a pas d'intention nostalgique mais au contraire la fierté et la volonté de célébrer la mode italienne et d'en restituer la complexité", a déclaré Maria-Luisa Frisa, commissaire de l'exposition avec Stefano Tonchi.

"La mode italienne est un laboratoire créatif qui a généré des mondes, défini des individualités fortes, apporté un point de vue sur la contemporanéité et qui continue de le faire aujourd'hui", a-t-elle ajouté. Le parcours dans les salles du Palazzo Reale, à deux pas du célèbre Duomo, la cathédrale de Milan, évite l'écueil de la chronologie et lui préfère une approche thématique. Identité, démocratie, logo, diorama, l'Italie des objet... Neuf salles au total, autour de neuf thèmes, font dialoguer des vêtements d'archives de grandes maisons comme Missoni, Armani, Versace mais aussi Krizia, Romeo Gigli, Gianfranco Ferrè.

L'exposition est aussi jalonnée par les photographies d'Oliviero Toscani, Paolo Roversi ou encore les oeuvres des artistes Alighiero Boetti et de Vanessa Beecroft. Tasses, tapis de chien ou vases flanqués de logos des marques de mode... Rien d'anormal en 2018 mais cette incursion des griffes dans les objets du quotidien fut, dans les années 80, une petite révolution que raconte l'exposition.

"La mode italienne a très vite éliminé la frontière entre la créativité et l'industrie. Elle a su se transformer en lifestyle et devenir accessible à tous", a expliqué la patron de la Chambre nationale de la mode italienne, Carlo Capasa. Le reflet des visiteurs dans les grands miroirs de Michelangelo Pistoletto, posés au sol d'une des salles de l'exposition, achève de créer la continuité entre la mode d'hier et celle d'aujourd'hui.(AFP)

Couleurs des Collections Hommes des Défilés Automne/Hiver 2018-19

Les experts en couleurs de Trendstop vous rapportent les dernières tendances qui auront un impact sur le marché de la mode masculine pour l’automne/hiver 2018-19 et au-delà. Notre équipe révèle les nuances essentielles des vêtements, accessoires et chaussures issues des défilés internationaux. Chaque saison, nos prévisions de couleurs détaillées identifient les nuances clés pour vos collections, avec l'analyse de leur valeur commerciale et de leur longévité pour vous aider à préparer vos collections.

Cette semaine, les lecteurs de FashionUnited peuvent découvrir un aperçu exclusif des trois couleurs masculines clés de la saison Automne/Hiver 2018-19. Les nuances noircies enrichissent les teintes de base avec Le Noir Bleuté et Le Mangoustan apporte plus de raffinement aux collections masculines. Les infusions épicées rehaussent la palette de tons neutres, comme le caramel qui apporte de la richesse et de la profondeur.

Le Noir Bleuté

Couleurs des Collections Hommes des Défilés Automne/Hiver 2018-19

Le bleu marine classique évolue avec un effet de plâtre noirci, offrant une expression plus forte à la couleur de base. Les tons d'encre offrent une alternative au noir pour les tenues formelles tout en apportant plus de sophistication aux silhouettes décontractées. Les matières et les finitions souples et tactiles accentuent la profondeur de la couleur, empêchant les teintes saturées d'apparaître trop fades.

Le Mangoustan

Couleurs des Collections Hommes des Défilés Automne/Hiver 2018-19

À mi-chemin entre le rouge et le violet, le mangoustan est un autre exemple de ton dark qui fait évoluer la mode avec une nuance plus noire pour une finition plus riche. Utilisé à la fois dans les tenues décontractées et formelles, le mangoustan apporte une sensibilité raffinée aux vêtements et aux accessoires urbains et introduit une option de couleur tendance aux silhouettes traditionnelles.

Caramel

Couleurs des Collections Hommes des Défilés Automne/Hiver 2018-19

Les nuances grises sont saturées et injectées d'une nuance épicée jaune, ce qui permet d’actualiser les couleurs dorées de moutarde, de bronzage et de chameau... Les cotons, la laine et le velours côtelé sont rehaussés par cette nuance moderne adaptable sur tout style de vêtement.

Offre Exclusive

Les lecteurs de FashionUnited peuvent obtenir un accès gratuit au rapport des Couleurs vues sur les Défilés Hommes Printemps/Eté 2017 de Trendstop, contenant les couleurs clés des meilleurs créateurs. Pour obtenir votre rapport gratuit, veuillez cliquer sur la bannière.

Couleurs des Collections Hommes des Défilés Automne/Hiver 2018-19

Trendstop.com est l'un des principaux bureaux de tendances au monde pour les professionnels de la mode et de la création, réputé pour son analyse et ses prévisions de tendances perspicaces. Parmi ses clients on retrouve H&M, Primark, Forever21, Zalando, Geox, Evisu, Hugo Boss, L'Oréal et MTV.

Photos : courtoisie de Trendstop: Neil Barrett, Ming Lai, Giorgio Armani, Marni, MSGM, Alexander McQueen, N21, Versace, Chalayan Automne/Hiver 2018-19.