Face à l'ampleur du Covid-19, les ventes de Burberry plongent

Londres - La marque de vêtements et accessoires de luxe britannique Burberry a prévenu jeudi qu'à cause de l'impact de la pandémie de coronavirus, elle table sur une baisse de 30 pour cent de ses ventes en boutiques sur les trois premiers mois de 2020.

Chute des ventes chez Burberry

Depuis fin janvier, "les ventes se sont nettement détériorées, chutant de 40 à 50 pour cent à périmètre comparable", indique le groupe dans un communiqué. Si celles de février ont souffert principalement en Asie, où l'épidémie a démarré, le chiffre d'affaires en Chine, principal marché de Burberry, a commencé à "s'améliorer avec la réouverture de la plupart de nos magasins".

En revanche, les recettes en Amérique et en Europe plongent depuis quelques semaines, avec la fermeture d'une grande majorité des boutiques dans ces régions, des horaires réduits pour celles qui restent ouvertes et presque pas de passage.

Dans l'ensemble du monde, 40 pour cent des boutiques en nom propre du groupe sont actuellement fermées et plus encore devraient baisser le rideau dans les jours à venir à mesure que des interdictions de déplacements de plus en plus strictes sont mises en place. Les ventes sur les toutes dernières semaines de l'exercice décalé 2019/2020 qui se termine le 28 mars devraient donc ressortir en recul de jusqu'à 80 pour cent.

Burberry dit tenter de réduire ses coûts et dépenses notamment la renégociation des loyers, et assure disposer de liquidités confortables de 900 millions de livres.

"Nous restons confiants dans notre stratégie" car jusqu'au début de l'épidémie "la réponse des clients à nos nouveaux produits était très positive, et nous préservons donc nos initiatives de croissance en vue d'une reprise du marché du luxe" lorsque la crise du covid-19 sera passée, conclut le groupe.

Au troisième trimestre, le groupe dirigé par Marco Gobbetti avait enregistré une légère progression de ses ventes malgré les perturbations à Hong Kong, grâce à une bonne réception des collections de son créateur Riccardo Tisci.

Début février, il avait admis que le coronavirus aurait un "impact négatif important" sur la demande de luxe.

"Les choses vont empirer avant de s'améliorer" remarque Nicholas Hyett, analyste de Hargreaves Lansdown, précisant qu'il y a cependant "une lueur de bonnes nouvelles" car les ventes chinoises reprennent, bien que lentement, et le bilan du groupe "a l'air sain avec beaucoup de liquidités". La "question clé est combien de temps le confinement va durer", conclut-il.

L'action était en baisse de -4 pour cent à 1056,50 pence dans un marché en baisse de près de 1 pour cent. (AFP)

Pour en savoir plus sur les impacts du Covid-19 liés au secteur de la mode en France, rendez-vous sur notre page dédiée.
Pour ne louper aucune actualité internationale liée au Covid-19, rendez-vous sur notre page en anglais
.

Crédit : Burberry

 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS