Afrikrea: deux millions de transactions en juillet

Sur le modèle d’Etsy et A Little Market, Afrikrea a été créée en 2016 à Paris. Disponible à l’international, Afrikrea, comme toutes marketplaces, propose aux créateurs un espace pour vendre leurs articles moyennant une commission. Mais la plateforme s’est spécialisée dans la mode et l’artisanat aux inspirations africaines. Après deux ans d’activités, Afrikrea a enregistré plus de deux millions d’euros de transactions au mois de juillet 2018.

À l'origine du projet, Moulaye Tabouré et Kadry Diallo, deux français d’origine malienne ayant grandi à Bamako avant de rejoindre la France pour leurs études. Les deux entrepreneurs ont très vite été rejoint par le troisième co-fondateur, Luc Perussault Diallo, franco-guinéen.

Aujourd’hui, l’équipe d’Afrikrea a installé ses locaux à Abidjan et continue de se développer en France et à l’international. La plateforme qui a plus de 50 000 utilisateurs dans 145 pays différents, enregistre 230 000 visites par mois en moyenne dont 70 pour cent via mobile. FashionUnited a rencontré Kadry Diallo, l’un des co-fondateurs afin d’en apprendre plus sur Afrikrea.

Afrikrea: deux millions de transactions en juillet

Comment est né Afrikréa?

Le site actuel est né en 2016. Mais nous travaillons sur ce projet depuis 2013. L’idée est venue de Moulaye Tabouré, il s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup de créateurs africains très demandés, qui rencontraient un véritable succès mais qu’il était difficile d’accéder à leurs créations. Il a donc cherché des solutions pour aider les petits vendeurs à toucher un large public. Nous sommes amis d’enfance donc je l’ai très vite rejoint sur ce projet. J’ai découvert, grâce à lui et en allant dans différents évènements, toute la diversité et la créativité venant des pays africains.

Quelle a été votre source d’inspiration?

Nous nous sommes grandement inspirés de Etsy et A Little Market qui a ensuite été absorbé par la plateforme américaine. Nous recherchions avant tout un moyen de réunir les créateurs et quand nous avons découvert le modèle de marketplace comme Etsy, nous avons trouvé leur modèle sain et éthique. Mettre à disposition une plateforme et ne prendre qu’une commission, gagner de l’argent uniquement quand le créateur lui-même en gagne, nous avons trouvé cela encourageant.

Afrikrea: deux millions de transactions en juillet

Comment est-ce que vous financez ce projet?

Nous avons débuté avec nos fonds propres. Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir des investisseurs et nous avons environ 350 000 euros par an pour faire fonctionner la plateforme. Maintenant nous sommes basés à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Nous sommes une équipe de huit personnes, en plus des trois fondateurs, nous avons cinq employés. Notre cible est internationale mais il était important pour nous que Afrikrea soit basée en Afrique. Parmi nos investisseurs, il y a Showroomprivé. Il y a un an, nous avons été sélectionnés parmi les six starts-up qui ont intégré l’incubateur de l’entreprise. Ils nous ont offert des locaux, du matériel et à l’issue de cette opération, le fondateur a voulu nous accompagner et investir dans notre projet.

Comment se fait le choix des articles avec les créateurs ?

Nous faisons une sélection de produits, les best sellers, ceux qui sont susceptibles d’être acheté rapidement. Ensuite le créateur nous envoie les articles qui sont stockés dans un entrepôt et dès qu’il y a une commande, nous nous chargeons de l’expédition moyennant une commission. Celle-ci se situe entre 10 et 15 pour cent du prix. Auparavant, les créateurs étaient en charge de l’expédition.

Photos : courtoisie Afrikrea
 

Sur le même sujet

 

PLUS D'ACTUALITÉ

Les dernières annonces d'emploi

 

LES PLUS CONSULTÉS